Nous gérons des portefeuilles sur base de connaissances théoriques et pratiques des marchés financiers en écartant toute forme de spéculation.

 

Allocation stratégique

Des auteurs comme Blake, Lehmann et Timmermann (1999) ont démontré que plus de 95% du rendement futur d’un portefeuille dépend du choix des classes d’actifs.

La sélection de valeurs individuelles et le market timing (allocation tactique) n’ont qu’un impact très limité sur le rendement global d’un portefeuille diversifié. Chez DDEL, nous ne faisons pas de paris arbitraires sur des positions individuelles. Nous investissons dans le marché mondial.

DDEL se concentre sur les vraies sources de performance, à savoir les actions et les obligations. Nous n’utilisons pas de produits dérivés, de produits structurés ou de hedge funds parce que les rendements qui en découlent et les risques encourus sont difficilement prévisibles. Nos portefeuilles sont intégralement investis. Tant dans les fonds utilisés que dans nos portefeuilles, les positions en cash sont réduites au minimum.

Gestion passive

Les marchés financiers fonctionnent et sont efficients. Le cours de bourse d’un titre reflète aujourd’hui fidèlement toutes les informations publiques le concernant et les attentes futures qu’en ont des millions d’investisseurs répartis dans le monde.

Les gestionnaires traditionnels, dits actifs, essayent d’atteindre des meilleures performances que le marché en profitant d’erreurs de prix (mispricing) ou en essayant de prédire le futur. Trop souvent, cette démarche s’avère vaine et coûteuse. Théoriquement, en spéculant, il est possible de superformer un marché global mais il faut accepter de prendre un risque plus élevé. En réalité, on constate que, même en prenant davantage de risque, la grande majorité des investisseurs ne parvient pas à battre le marché sur une longue période. C’est exactement comme le conducteur qui, dans un embouteillage, essaye constamment de changer de file mais qui, au final, a peu de chance d’arriver avant les autres.

En réalité, les études démontrent que seuls 5% à 10% des gestionnaires actifs parviennent à battre le marché à long terme. C’est le même pourcentage que ceux qui y parviennent par pur hasard… Outre des mauvaises prévisions de marché, cette sous-performance  s’explique aussi par des coûts de structure importants (analystes financiers, stratégistes, macroéconomistes, etc) et par des coûts de gestion et de transactions élevés.

Chez DDEL, nous savons qu’il est inutile de faire des prévisions de marché. Pour cela, nous donnons accès à nos clients à un portefeuille global qui reprend près de 10.000 titres et qui délivre une performance en ligne avec le marché et le niveau de risque fixé.

Notre démarche n’est pas indicielle pour autant. La gestion indicielle pure ambitionne simplement de suivre le plus fidèlement possible son indice de référence. Selon nous, cette approche n’est pas suffisamment efficiente car il faut davantage considérer l’indice comme étant un benchmark plutôt qu’ un investissement en tant que tel. DDEL a, depuis 2008, dépassé les limites de la gestion indicielle pure pour proposer une gestion passive modélisée ou indicielle améliorée (gestion smart beta ou multi-facteurs)

Facteurs de performance et de risque.

Il est communément admis que c’est le niveau de risque pris par l’investisseur qui détermine sa performance. Plus de 50 années d’études menées par le prix Nobel d’Economie M. Eugène Fama ont permis de démontrer que certains facteurs de risques génèrent une performance plus élevée que d’autres.

Facteurs de performance “Actions”

Facteurs de performance “Obligations”

Diversification

Investir avec succès consiste autant à capturer les risques bien rémunérés qu’a éviter les risques qui ne le sont pas. Grâce à une bonne diversification de votre portefeuille, vous pouvez contrer les risques suivants :

  • risque lié à une entreprise spécifique (par ex.: Volkswagen en 2015, …)
  • risque sectoriel (par ex.: le secteur financier en 2008, le secteur pétrolier en 2015, …)
  • risque pays (par ex.: la Grèce en 2011 et 2015, Royaume-Uni en 2016,…)
  • risque monétaire (par ex.: Brésil de 2011 à 2015, …)
  • risque de taux
  • la non-réalisation de prévisions faites par des agents de change, analystes, médias et amis.

Pour une diversification efficiente, nous investissons mondialement dans des milliers d’actions.

Pour réduire le risque “action” et la volatilité au niveau souhaité par le client, nous investissons dans des obligations de qualité avec une duration courte. Ce type d’instruments à taux fixe est fortement décorrélé par rapport aux actions; il est dès lors idéal pour une diversification efficiente.

Rebalancing (rééquilibrage)

Procéder à un rebalancing (rééquilibrage) consiste à ramener un portefeuille à son niveau de risque convenu.

En rééquilibrant nos portefeuilles, nous réalisons des plus-values sur actions après une hausse et nous achetons des actions à bon prix après une baisse (en période de soldes). Ce faisant, nous garantissons également que l’allocation d’actifs soit toujours en ligne avec votre profil de risque.

Exemple: Comme les actions ont tendance à grimper plus rapidement que les obligations, un portefeuille originellement investi à 50% en actions et 50% en obligations évoluera progressivement vers un portefeuille composé de 60% actions et 40% obligations.

Pour revenir au profil de risque choisi initialement par le client, nous devrons vendre une partie des actions et réinvestir la plus-value dégagée en obligations de qualité.

Simplicité

Nos portefeuilles sont construits à partir d’un nombre limité de SICAV passives. Ces fonds mondialement investis sont tellement diversifiés (jusque 10.000 titres) qu’il devient inutile de construire un portefeuille avec des dizaines de lignes. Cette simplicité garantit une performance supérieure et une structure de frais modique.

Nous utilisons uniquement des fonds de qualité institutionnelle émis par des maisons telles que Vanguard ou Dimensional Fund Advisors. Il s’agit de fonds américains munis d’un passeport européen. Ces promoteurs de fonds gèrent chacun plusieurs centaines de milliards de dollars.